[Critique] Interstellar de Christophre Nolan, 2014

Mauvais Genre

interstellar-3Interstellar, le dernier film de Christopher Nolan, est de loin son plus ambitieux. Sous forme d’une fresque, il retrace une aventure aussi épique que rocailleuse, sur les traces d’un 2001 L’Odysée de l’espace dont il s’inspire et auquel il rend hommage. Cependant la fresque spatiale de Christopher Nolan est aussi, à l’évidence, un projet très personnel dans lequel le réalisateur se livre à quelque chose d’inhabituel dans son cinéma, à la fois un lâché prise, on est loin de sa maîtrise presque manique dans la mise en scène, et un amour inconditionnel presque naïf pour un genre disparu, pour un cinéma oublié.

La terre est devenue une zone poussiéreuse, aride et stérile qui lentement mais inexorablement est en train de tuer ses habitants. Il faut alors chercher une autre terre d’accueil, ailleurs, dans les étoiles. Or un trou de verre présent à côté de Saturne pourrait justement permettre à l’homme…

View original post 992 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s